Qui suis-je ?

CZT-logo-small.webp

Je suis psychologue clinicienne depuis 1997 (Université de Liège) et je travaille en tant que professeur dans une Haute Ecole de la Province de Liège depuis 2004. Je donne essentiellement cours à de futurs éducateurs spécialisés en accompagnement psycho-éducatif et, depuis quelques années, à des coachs sportifs. Plus tard, je deviens art-thérapeute et stressologue (ce dernier terme étant un néologisme pour décrire un métier qui devient plus que nécessaire) et je reçois en cabinet privé depuis 2014. Parallèlement, je mets sur pied et coordonne deux formations via Forma+ (qui est une initiative de la Province de Liège) : une sur l’art-thérapie et l’autre sur la gestion du stress. J’interviens dans deux formations : une en musicothérapie et l’autre en psychomotricité.

Mais revenons en arrière sur mon parcours…

 

Plus jeune, plutôt solitaire dans une tour d’ivoire, j’ai rapidement besoin de m’exprimer et de m'évader. D'où mon attirance très marquée pour la rêverie, la lecture et l'écriture. Je remplis mon premier journal intime à l'âge de 10 ans. Un peu plus tard, j'écris des poèmes dont l'objectif de création est largement dépassé par l'urgence de dire un certain mal-être dû aux affres de l’adolescence. J'ai 15 ans quand une révélation s'impose à moi grâce au film "Le cercle des poètes disparus" et je prends conscience de la nécessité d'exister. Carpe Diem devient ma devise, ma philosophie de vie. Rapidement, je nourris un grand intérêt pour la naissance et la formation de la personnalité. C'est ainsi que je me décide à faire des études de psychologie. 

Une fois diplômée, j’accumule une série d’expériences dans différents secteurs : centre IMC, enseignement spécialisé et pédagogie active, réseau SOS famille et médiation de quartier. Dans la foulée, je passe l'agrégation pour avoir une corde de plus à mon arc. Le métier de professeur devient pour moi une option séduisante et pleine de promesses (clin d'oeil au Capitaine). Mais mes premières années en tant que maître-assistante sont difficiles car il y a beaucoup de préparation. De plus, la réalité de terrain n'est pas ce que j'imaginais, il faut s'adapter !

Depuis toujours, je suis passionnée, dans et par la vie. Je ne suis jamais partie bien loin et pourtant je me sens transportée grâce à certaines activités dans lesquelles mon engagement est total. La musique et la création m’avaient déjà donné un avant-goût d’un autre monde. Mais c’est le sport qui va enchaîner et, adepte de conduite automobile, c’est en moto que je trouve le moyen de me dépasser. Le pilotage offre des sensations mais requiert par ailleurs certaines habilités, exigeantes, et une gestion de soi sans faille.

En 2005, je m’installe au cœur de la Nature. Je me balade alors plutôt à pied ou à vélo et, au contact des éléments, je sens une connexion infinie qui m’apaise. L’art revient et m’appelle très fort. Je recommence à écrire de la poésie mais cette fois-ci, même si le fond reste empreint de moi, la forme est beaucoup plus aboutie. Mon univers est (s)ombre et amorce une longue descente aux « enfers ». C'est à cette époque que je décide de me (re)faire tatouer. Chaque projet est un chemin vers moi. Je me perds dans le processus et je me trouve à la fois. Mon corps est transformé mais, c'est une évidence après-coup, il y a bien plus. Quel changement sous la surface ! En 2010, j’expose mes textes que je mets en image au moyen de projection de peinture. Une page se tourne…

Marquée par le mouvement humaniste et Carl Rogers (une base évidente), j’aime aussi beaucoup la psychanalyse parce qu’elle explique les choses en profondeur. Mais à un moment dans ma vie personnelle, je suis déçue par les limites de la psychologie tout simplement. Je me tourne donc naturellement vers d’autres voies pour trouver des réponses à mes questions existentielles. C’est alors que la philosophie bouddhiste prend le relais et je me détache de la société dans un grand choc culturel (suivi d'un choc économique avec "L'art d'aimer d'Erich Fromm). Je plonge dans le moment présent, je lâche prise. J’intègre le principe selon lequel « il n’y a de permanence que dans le changement ». Cela me pousse à utiliser la puissance des, pourtant simples, lois universelles et à solliciter la sagesse du corps, « détrôner » le mental et le relier. 

Par ailleurs, je sens le besoin de repartir dans le monde, à l'aventure, et je trouve l’évasion dans le tir. L’expérience est énorme et a sur moi des effets insoupçonnés. C’est comme une méditation (un cercle, un point fixe, la respiration, la concentration). Pratiquant ce sport en compétition, je me pose des questions sur la force mentale. Je vais découvrir la notion de Zone et de Flow (expérience optimale) et elle m’ouvre des portes sur la pratique des Arts martiaux. Je me mets au Tai-chi, Qi-gong et j’emprunte "la voie du guerrier pacifique" de Dan Millman, mon maître "du quotidien". Un jour, je vis un Eveil fabuleux et le puzzle s’emboîte, tout prend sens. J’ai la nette impression d’être passée dans la lumière. Mais rien n'est définitif (ni figé), la lecture du livre de Jack Kornfield "Après l'extase, la lessive" est salvatrice. Je creuse ensuite la psychologie bouddhiste avec "la Pleine Conscience Basée sur la Psychologie Bouddhiste" (MBBP), programme comparable à celui de la « Réduction du stress basée sur la pleine conscience » de Jon Kabat-Zinn.

Je me lance dans des activités de développement personnel et pratique le mouvement libre. La danse des 5 Rythmes devient transe et me mène à l’extase. Je comprends que « peu importe le flacon, il y a l’ivresse » car l’âme est « vertigineuse » comme disait Jung. Je reprends des formations : le yoga du rire puis le mandala. Les spirales m’attirent depuis toujours car j’y perçois à la fois le symbole de l’évolution et un équilibre à l’image du grand Tout. Puis l’art pénètre dans ma sphère professionnelle et je débute la formation du journal créatif®.  Pendant celle-ci, mon intuition me pousse à aller vers la danse-thérapie mais je souhaite, dans un premier temps, devenir art-thérapeute. Mon expérience avec le tatouage m'a montré toute la force du processus de création et ce qu'il pouvait offrir grâce à la puissance des symboles en contact avec les profondeurs. Je (re)découvre Carl Gustav Jung, je suis touchée et bouleversée par "l'homme qui fait lien". Son message me permet de me réconcilier à la psychologie mais pas seulement. Corps et esprit, orient et occident, vie privée et professionnelle, tous les pôles se conjuguent en un tout apaisé et harmonieux. C'est alors que je m'engage dans la formation d'art-thérapie AMC® (analyse des mythes corporels) tout en poursuivant un travail thérapeutique plus personnel qui durera plusieurs années. 

 

En 2014, je crée « les ateliers tranche de Vie » et me lance comme indépendante complémentaire. Ce projet présente un côté introspectif, créatif et ludique mais aussi philosophique et corporel. Au début, il s'agit avant tout de développement personnel. Je propose à chacun d'explorer son monde afin de faciliter les prises de conscience, la gestion des crises de sens et les transformations. J'utilise des outils divers et puissants dont le journal créatif, l'écriture et le mandala ainsi que les lois universelles auxquels j'ajoute de nombreuses techniques psycho-corporelles. Ces activités replacent l'individu en tant qu'acteur de sa vie –centre de son cercle, à accorder avec le cercle universel- en lui donnant les moyens de renouer avec son intériorité. Il est question de réconcilier le côté gauche et le côté droit, le corps et l'esprit, l'adulte et l'enfant; Réunifier.

Puis, une année plus tard, je peaufine un programme à visée thérapeutique, le processus Via, un « Voyage Intérieur Artistique » dans lequel je propose un véritable processus de transformation intérieur (Réalisation), le chemin de l'Individuation ou la voie de l'Eveil ; Jalonné(e) de prises de consciences pour libérer le moi de l'illusion de la personnalité et de la puissance de l'ombre ; Parsemé(e) d'expériences afin d’intégrer les différentes parties de Soi, y compris celles rejetées, blessées et inexplorées pour redevenir Un. Conjointement, je reçois individuellement et, ensemble, nous analysons la demande afin de mettre en place un suivi thérapeutique basé sur une psychologie intégrative (une évidence!) qui envisage l'être humain comme un tout.

Depuis 2016, je propose avec d'autres collègues (Csilla Kemenczei -psychanalyste Jungienne, Alain Collinet -musicothérapeute, Denise Gospodarek -danse-thérapeute Nathalie Hanot -psychologue et Laure Virzi -art-thérapeute) une formation en art-thérapie en collaboration avec la Province de Liège et le centre Forma+:

https://www.provincedeliege.be/fr/node/10302

La même année, la Haute Ecole de la Province de Liège me propose de gérer la cellule "Prévention et gestion du stress" du service d'aide à la réussite (le SAR). Je me rends compte que ce sujet est un puit sans fond! Il touche tout le monde alors que la plupart d'entre nous sommes novices, voire démunis face à ses mécanismes, inconscients même de ses effets sur la santé. Je construis un programme riche avec des ingrédients à l'oeuvre mais je comprends que je touche à la complexité. En effet, je surfe sur un terrain multifactoriel et je me retrouve face à une incroyable ignorance qui me pousse en avant. Je me tourne vers les thérapies cognitivo-comportementales mais de 3ème génération (bien plus complètes et qui incluent les émotions) car elles offrent des outils pratiques, accessibles à tous et très efficaces.

 

Et donc en 2018, une nouvelle formation (complémentaire à celle en art-thérapie) voit le jour, elle s'intitule "Gestion du stress, art-thérapie et méditation":

https://www.provincedeliege.be/fr/node/13830

 

J'interviens également dans la formation en musicothérapie

https://www.provincedeliege.be/fr/node/12025

 

Et, dès 2021, dans la formation en approche psychocorporelle en thérapie psychomotrice http://www.provincedeliege.be/fr/node/10050

 

Pour toutes les formations, vous trouverez plus d'informations dans la rubrique Services.

 

Je réalise à cette époque, en travaillant sur l'hygiène de vie, que l'alimentation est d'une importance sous-estimée et remplie de lieux communs. Alors que la science en nutrition (basée sur des données précises et consensuelles) évolue, le grand public reste mal/peu informé. Pendant ce temps, les industriels de l'agro-alimentaire se remplissent les poches de notre inconscience. Je me demande alors s'il n'est pas grand temps d'avoir une vraie réflexion sur le sujet et de revoir tous nos comportements pour une meilleure santé ?! J'écris un livret à visée préventive pour informer et toucher un maximum de monde. Il s'intitule : "Petit guide d'éducation nutritionnelle qui dérange" puis plus tard un livre l'englobant sur la prévention et la gestion du stress. Je m'initie à la nutrithérapie et mon projet est de me spécialiser dans le vaste domaine émergent que représente la psychologie de la santé. Cette discipline me mène à d'autres coups de cœur dont l'écopsychologie. J'approfondis au même moment la psychologie positive en suivant le programme CARE développé par Rébecca Shankland, Ilios Kotsou, Jean-Paul Durand et Christophe André. En 2021, j'ai l'occasion de réaliser un rêve présent depuis 2014, devenir professeur certifiée en Zentangle®.

​Je continue à danser... Depuis, ma devise est devenue: 

« On est tous l’artiste de sa vie en créant son art de vivre ». 

J'œuvre ainsi quotidiennement à développer un cœur pacifique et un esprit guerrier.

Et comme "l'art est contagieux", je fais passer...

 

J'aimerais un jour ouvrir un centre de santé holistique dans une yourte en collaboration avec d'autres professionnels engagés pour changer en profondeur notre mode vie et de relation, pervertis par une société qui dysfonctionne. Et le construire plus juste, être plus qu'avoir, ralentir plus que courir, aller plus vers l'intérieur que l'extérieur, s'équilibrer, Aimer, incarner le "toutestlié", trouver du sens et des repères, la paix, intégrer le féminin ou la force tranquille, le sauvage, le fluide créatif, puissant et doux à la fois, faire face à ses paradoxes, ses dualités avec humour, créer des contes à (pour) se raconter, redonner de la noblesse à l'artisanat et la joie de bouger notre corps sans pensées envahissantes en roue libre, se reconnecter avec les flux qui nous traversent, accepter les expériences, qu'elles soient agréables ou non, oser agir en fonction de nos valeurs, rencontrer l'autre mais parler d'âme à âme, se ressourcer par des activités de soutien social (Moaï), vivre un choc culturel et s'émerveiller à nouveau du présent, sans illusions, mettre à distance ce que le système capitalisme et l'individualisme ont pu déformer en nous (dans nos rapports quotidiens, avec les autres, nous et le temps), renouer avec la Nature, une part de nous-même car nous sommes UN.

La Matrice… A bientôt!

  • b-facebook
  • LinkedIn Social Icon